Cela n’aura rien à voir avec moi

par Annie Cloutier

Je pensais revenir sur la critique commando de Catherine Lalonde au sujet d’Aimer, materner, jubiler, parue dans Le Devoir du 14 juin dernier.

Je pensais expliquer ce qui s’est véritablement passé à l’hôtel de Ville, le 7 juillet, la façon dont la conseillère municipale Julie Lemieux s’en est prise à moi, pourquoi je me suis défendue et comment les médias se sont servis de mon courage et de ma capacité d’affirmation pour « raconter une histoire » qui ne s’est pas produite, mais qu’ils avaient décidé de présenter au public de toute façon.

Je pensais dénoncer les propos du ministre de l’Éducation, des Loisirs et du Sport, en entrevue avec Jacques Beauchamp le 27 août dernier, au sujet de la « résistance » de quelques « idéologues » dans « certaines écoles » face à l’enseignement intensif de l’anglais en sixième année.

J’ai ébauché un brouillon, puis deux, puis trois : tout sonnait faux, rien ne reflétait vraiment là où j’en suis présentement.

Mon intention est d’enrichir le débat public, non de piquer au vif. Mais il y aura toujours des personnes, si brillantes soient-elles, à ce point confrontées par ce que j’écris qu’elles y répondront par la méchanceté plutôt que par la réflexion et par la critique argumentée.

Mon intention est d’offrir mon temps, mon énergie et mes habiletés afin d’exercer mon rôle de citoyenne et de participer au mieux-être de ma communauté. Mais il y aura toujours des journalistes qui croiront que « raconter une histoire » est plus important qu’expliciter les enjeux, relayer les arguments et rapporter les faits.

Il y aura toujours des puissants et des élus qui utiliseront leur visibilité médiatique et leurs budgets de communication pour discréditer sans vergogne les citoyens qui s’efforcent à mains nues et à la sueur de leur front d’opposer quelque bon sens à la marche triomphante du capitalisme et de la marchandisation de la dignité.

Aimer, materner, jubiler est disponible en bibliothèque et en librairie : tout le monde peut le lire, me contacter, en discuter, se faire sa propre idée, le critiquer de bonne foi.

Mes positions argumentées au sujet de la densification raisonnable, de l’engagement citoyen et de l’anglais intensif en sixième année sont étayées sur ce blogue dans les textes suivants :

 *

Des personnes vous détesteront, d’autres vous adoreront : dans un cas comme dans l’autre, cela n’aura rien à voir avec qui vous êtes, ce que vous tentez d’accomplir, les principes sur lesquels vous vous efforcez d’établir votre vie.

Rien à voir avec vous.

Publicités