Le yoga et moi

par Annie Cloutier

N.B. : Ce texte a d’abord été publié sur la page facebook de Yoga chaud Québec.

Annie Cloutier : 40 ans

Occupation : Écrivaine et sociologue

Nombre d’enfants : 3 adolescents

Nombre de livres publiés : 4

Santé : anxiété et douleur à l’épaule

Mieux-être : Yoga chaud Québec 4 fois par semaine

Fierté récente : Aimer, materner, jubiler. L’impensé féministe au Québec, un essai sur la vie familiale bien vécue que j’ai publié aux éditions VLB en mars 2014.

Image

Témoignage :

J’ai des problèmes d’anxiété démesurée depuis mon passage à l’âge adulte, il y a environ vingt ans. Par ailleurs, depuis que j’ai porté mes enfants sur mon dos avec beaucoup de bonheur pendant ma vingtaine, la moindre tension, la plus infime émotion et le stress ont tendance à se loger dans mes épaules. L’été dernier, la douleur dans mon trapèze gauche est devenue insoutenable, au point que le spécialiste qui me suivait a décrété que je devrais vivre avec la souffrance de manière permanente. Il insistait pour me prescrire des opiacés.

Image

Aux Pays-Bas, avec Numa, en 2001.

Afin d’éviter la médicamentation, une amie m’a conseillé le yoga. Comme j’ai fait de la gymnastique de haut niveau quand j’étais jeune, j’étais certaine que les exercices de yoga me plairaient. Souplesse, musculation : j’ai été formée tôt à cette discipline. J’ai entrepris des recherches afin de trouver un centre de yoga qui me convienne. J’ai eu de la chance : au premier appel, je suis tombée sur Amélie.

Image

Cape Cod, 1984.

Comme à peu près tout le monde à qui je parle de « mon » centre de yoga, je craignais la chaleur. Je suis une blonde aux yeux bleus au teint pâle qui suffoque l’été à plus de 28 degrés. De plus, les crises d’anxiété me font craindre la moindre sensation d’étourdissement. C’est le calme dans la voix d’Amélie qui m’a rassurée. « S’il m’arrive quoi que ce soit, ai-je pensé, je serai entre bonnes mains. »

Étant donné mes douleurs physiques et psychiques, je n’avais rien à perdre, de toute façon.

J’ai commencé par quelques séances. Puis un abonnement de 10 cours. Finalement, en janvier, je suis devenue membre pour un an. Depuis, je fréquente Yoga chaud Québec avec assiduité, entre 3 et 5 fois par semaine. Je fais de tout : yin yoga, yoga chaud et TRX. J’apprécie chaque professeure, chaque entraîneur. Ils ont tous une vision unique à partager.

Je transpire comme jamais dans ma vie. Mais la chaleur est bonne. Elle m’a soutenu en ce long hiver.

Et en dépit de l’opinion professionnelle du spécialiste qui me suivait… je n’ai plus mal à l’épaule.

Pour en savoir plus au sujet de Yoga chaud Québec et de sa propriétaire, Amélie Beaumont, c’est ici.

Autres photos ici.

Image

Amélie Beaumont, propriétaire de Yoga chaud Québec.

 

 

 

 

 

 

Publicités